Maïa – cie pan dans le ciment – résidence du 11 au 24 mars 2019

NOTE D’INTENTION
Maîa raconte l’histoire d’une communauté fermée qui décide de se couper du monde extérieur pour des raisons de sécurité. Cependant, un sentiment d’insécurité reste toujours présent, insaisissable : causé par une menace extérieure ? Ou bien parce qu’une peur irrationnelle fait désormais partie de leur vie ? Chacun a son passé, ses envies et ses angoisses. En somme des personnes normales qui, pourtant, ont un extrême besoin de se sentir en confiance et en sécurité. Ils sont convaincus que ce choix de vie est le seul possible et que les règles qu’ils ont instaurées peuvent les protéger de tout. De tout sauf peut-être de la part d’inconnu qui réside toujours en chacun et qui peut tout refaire basculer.

Jusqu’à quel point accepte-t-on la différence ? Quels processus entrent en jeu lorsque l’on décide qu’elle devient un danger ? Ces questions, potentiellement à l’origine de l’enfermement dans ces communautés « homogènes », finissent inévitablement par se poser à l’intérieur de ces enclos pour ainsi recréer le même processus d’exclusion et d’enfermement. Est-ce la violence qui amène à l’exclusion ou l’exclusion qui génère la violence ? La seule solution est-elle de vivre seul ? Mais, dans notre solitude, serions-nous débarrassés de nos propres contradictions ?

Si le propos de ce projet peut faire échos aux récents attentats que connaît le monde et à l’état d’urgence en France, ce spectacle ne cherche pas à expliquer ni à interpréter l’actualité à laquelle nous somme confrontée. Nous avons voulu explorer ces dynamiques présentes dans nos sociétés depuis toujours, sans en chercher le caractère politique ou social, mais simplement humain.

Comme pour la précédente création, les personnages sont à cheval entre l’acteur et le rôle interprété, comme si l’artiste, faisant lui-même partie d’une communauté, était confronté à ces questions. Nous utilisons ainsi le quatrième mur qui, en restant relativement souple, permet à la fiction de déborder dans la réalité de la représentation tout au long du spectacle. Nous avons poussé l’absurdité, l’ironie et l’humour de certaines situations afin de créer un décalage entre le thème et la façon de le traiter ; décalage que nous considérons essentiel pour mieux saisir les drames sous-jacents qui se jouent, avec néanmoins comme objectif principal de ne jamais tomber dans la caricature. De la même façon, nous ne portons pas de jugement sur les personnages et les situations que nous présentons ; au public de tirer ses propres conclusions.

Après un travail de recherche et de documentation à travers romans, articles, nouvelles, pièces de théâtre, documentaires, mais aussi musique, peinture, sculptures…, nous écrivons la dramaturgie en improvisant à partir d’extraits choisis pour ensuite retravailler, préciser et fixer les moments que nous considérons être au coeur du propos. Nous utilisons un langage à la croisée des différents arts que sont le théâtre, la danse, le cirque, la musique et le chant tout en gardant le corps comme moyen d’expression principal.

Et, bien que nous suivions un fil conducteur tout au long de l’écriture de la pièce, nous pouvons nous laisser surprendre par des idées surgissant des improvisations et ainsi leur donner une place prépondérante au sein de la création.

L’EQUIPE
Mise en scène : Mattia Maggi
Avec : Guilhem Loupiac, Tom Verschueren , Eliot Maurel, Clément Baudoin, Jonathan Aubart, Mattia Maggi
Musique : Jonathan Aubart, Tom Verschueren
Lumières : Charly Chevalier
Scénographie : Association CPR

CONTACT
Adresse : 8 rue Armand Carrel 76000 Rouen
Mail : compagniepaondansleciment@gmail.com
Téléphone : 07 86 28 92 81