surveillance et propagation d’une épidémie -cie les vagues tranquilles – résidence du 18 septembre au 1er octobre 2017

La proposition
Une femme, Sylviane – chercheuse épidémiologiste – s’invite au théâtre pour parler d’un sujet qui est le sien « Surveillance et propagation d’une épidémie : le cas de la diarrhée. ». Concerné et concernante, Sylviane connaît et maîtrise parfaitement son sujet.
Sur scène à ses cotés, une autre femme, différente et semblable à la fois, décrit à sa manière et en parallèle la propagation d’une épidémie autrement plus intime et personnelle.

Intention
Peut-on disparaître à soi-même ?!
Nous pressentons qu’il peut exister un enfermement progressif de l’internaute dans une bulle virtuelle, le temps se dilate et le monde réel et les gens qui le peuplent n’existent plus que par ce prisme. Lorsqu’il s’enfonce dans la dépendance, plus aucune activité de la vie réelle ne semble pouvoir l’en extraire
réellement : il peut vivre branché en continu sans plus rien entendre des rumeurs de la vie autour, en regardant éventuellement les paysages à travers l’écran de son smartphone pour poster une photo sur Instagram ou Facebook et partager avec la communauté du web ce qu’il devient incapable d’apprécier avec ses
proches. Le monde alors réduit à cet écran.
Nous désirons construire une forme autour de l’addiction aux réseaux. Nous voulons mettre en jeu devant les yeux des spectateurs un être vivant connecté. Montrer une absorption, une dilution, en direct.

l’équipe
Texte Pascale Oudot et Ariane Boumendil avec la collaboration de Mikaël Chirinian
Avec Pascale Oudot et Ariane Boumendil
Mise en scène Mikaël Chirinian
cie les vagues tranquilles
Contact : Ariane Boumendil / 06.82.31.01.07 / ariane.boumendil@gmail.com